Suite de l’allée des rosiers

l’allée de droite presque terminée

Envoi de reiki de la semaine : pendant la période in utéro

Carte de la semaine : le castor ; « je vais t’aider à bâtir ta maison intérieure »

Gratter, frotter, enlever les mauvaises herbes, ne pas les laisser envahir, faire quelque chose de beau.

J’ai toujours voulu que mon corps soit quelque chose de beau. Comme il était quand je suis venue au monde, intact, sans aucune modification.

Puis le temps m’en a apporté, des modifications. J’ai fait la guerre aux poils, je me suis cachée du soleil pour éviter que la couleur ne change et qu’apparaissent des taches.

A 13 ans je ressemblais à une femme.

J’avais un corps de femme certes mais caché dans des vêtements amples, je n’étais pas grosse mais je ressemblais à un sac, pour cacher tout ça, cacher tout ce qui ne peut être vu car disgracieux.

Pourtant à la maison on nous aidait à comprendre ce qui nous arrivait, que le corps changeant, c’était normal et qu’on allait finir par devenir des femmes.

Quelle était donc ma définition de femmes… Certes certes les photos à n’importe quel moment de la journée, c’était fini, on avait une mère qui nous parlait de l’adolescence et un père qui se cachait toujours dans son jardin, mais les deux parlaient de sujet préoccupant les jeunes, répondaient à nos questions sur l’amour et les moqueries des autres. Ça y est on tentait de nous inculquer les bases de la répartie avec une pointe d’humour et on écoutait à la radio « le jeu des mille francs », on regardait « les chiffres et les lettres », « question pour un champion » et la dictée de Pivot.

A défaut d’avoir un corps, autant penser à avoir une cervelle.

A 14 ans j’achetai des manga dont l’héroïne était une cyborg avec un corps de métal et un cerveau humain (sorti en film il y a peu), je rêvais d’avoir un corps de métal, je serais forte, je pourrais me battre contre les garçons qui me traitaient de gros tas, je n’aurais ni poils ni seins qui tombent ni vergetures ni cellulite, et surtout j’arriverais à porter mon propre corps.

Quasi championne d’escalade à 12 ans, quand j’en ai eu 15 il m’a été impossible de passer un surplomb.

Forte à la course à 8 ans, à 14 ans je ne pouvais pas finir le cross du collège.

Ce corps décidément m’encombrait plus qu’il m’apportait grand chose. Je me suis donc enfermée dans les livres et j’ai écrit ma vie rêvée de moi robot championne d’arts martiaux.

(manga « Gunnm » de Yukito Kishiro Edité par Glénat dès 1992 en France, sorti en film « Alita Battle Angel » par James Cameron en 2019) j’aurais voulu avoir le rôle principal !!!

Un commentaire sur “Suite de l’allée des rosiers

  1. Ce corps d’enfant que je souhaite tant retrouver, si léger, si facile à manier, j’ai dit a mon coach : je veux retouver mes 16 ans, je n’ai pas dit mes 10 ans, ça l’a déjà inquiété. J’ai fondu, mes seins ont fondu et ça ne me dérange pas du toup, ils ne m’encombrent plus. J’ai apprit à composer durant tant d’années et à les aimer en allaitant si longtemps mon enfant. Je veux repartir de zéro. Si la vie me donne un autre enfant, je veux le porter avec un corps fin pour voir la lente évolution d’un ventre plat qui grossit, d’une petite poitrine qui devient généreuse alors j’y travaille, j’ai fait une fausse couche parce que ce n’était pas le moment, je ne suis pas prête mais je sais que ma fille viendra au monde dans une famille unie et heureuse même si le chemin est long et escarpé.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s